[av_one_fifth first min_height=” vertical_alignment=’av-align-top’ space=” margin=’0px’ margin_sync=’true’ padding=’0px’ padding_sync=’true’ border=” border_color=” radius=’0px’ radius_sync=’true’ background_color=” src=” attachment=” attachment_size=” background_position=’top left’ background_repeat=’no-repeat’ animation=” mobile_breaking=” mobile_display=”][/av_one_fifth]

[av_one_fifth min_height=” vertical_alignment=’av-align-top’ space=” margin=’0px’ margin_sync=’true’ padding=’50p’ padding_sync=’true’ border=” border_color=” radius=’0px’ radius_sync=’true’ background_color=” src=” attachment=” attachment_size=” background_position=’top left’ background_repeat=’no-repeat’ animation=” mobile_breaking=” mobile_display=”]
[av_hr class=’custom’ height=’50’ shadow=’no-shadow’ position=’center’ custom_border=’av-border-fat’ custom_width=’100 px’ custom_border_color=’#ffffff’ custom_margin_top=’5px’ custom_margin_bottom=’5′ icon_select=’no’ custom_icon_color=” icon=’ue808′ font=’entypo-fontello’ admin_preview_bg=”]

[av_hr class=’custom’ height=’50’ shadow=’no-shadow’ position=’center’ custom_border=’av-border-fat’ custom_width=’100 px’ custom_border_color=’#ffffff’ custom_margin_top=’5px’ custom_margin_bottom=’5′ icon_select=’no’ custom_icon_color=” icon=’ue808′ font=’entypo-fontello’ admin_preview_bg=”]

[av_social_share title=” style=” buttons=’custom’ share_twitter=’aviaTBshare_twitter’ share_linkedin=’aviaTBshare_linkedin’ share_mail=’aviaTBshare_mail’ admin_preview_bg=’rgb(255, 255, 255)’]

[av_hr class=’custom’ height=’50’ shadow=’no-shadow’ position=’center’ custom_border=’av-border-fat’ custom_width=’100 px’ custom_border_color=’#ffffff’ custom_margin_top=’5px’ custom_margin_bottom=’5′ icon_select=’no’ custom_icon_color=” icon=’ue808′ font=’entypo-fontello’ admin_preview_bg=”]

[av_image src=’https://www.markethings.io/wp-content/uploads/2018/11/andrew-seaman-552850-unsplash-180×180.jpg’ attachment=’8213′ attachment_size=’square’ align=’center’ styling=” hover=” link=” target=” caption=” font_size=” appearance=” overlay_opacity=’0.4′ overlay_color=’#000000′ overlay_text_color=’#ffffff’ animation=’no-animation’ admin_preview_bg=”][/av_image]
[/av_one_fifth]

[av_three_fifth min_height=” vertical_alignment=’av-align-top’ space=” margin=’0px’ margin_sync=’true’ padding=’50px’ padding_sync=’true’ border=” border_color=” radius=’0px’ radius_sync=’true’ background_color=” src=” attachment=” attachment_size=” background_position=’top left’ background_repeat=’no-repeat’ animation=” mobile_breaking=” mobile_display=”]

[av_textblock size=’15’ font_color=” color=” av-medium-font-size=” av-small-font-size=” av-mini-font-size=” admin_preview_bg=”]

En route pour un code NAF digital

Depuis sa création en 1947, le code NAF continue à nous rendre bien des services. Il fait pourtant face à des limites structurelles qui ont pour conséquence de rendre moins pertinente la prospection commerciale ou l’analyse de marché. Heureusement le digital veille…

Le code NAF ou APE permet à l’Insee de sérier l’activité des entreprises en leur attribuant un numéro spécifique. Outil statistique très utile, son imprécision est néanmoins bien réelle. Il n’est pas rare qu’avec le temps, le code initialement attribué ne soit plus qu’un lointain souvenir avec l’activité économique d’une entreprise (changement d’activité, rachat), voire qu’il ne réponde qu’imparfaitement à la spécificité d’un marché du fait de sa nouveauté ou de son côté fourre-tout.

Prenons le cas des organismes de formation. Cette activité n’a pas de code spécifique, le plus proche étant le 8559A « formation continue pour adultes ». Une formulation bien vaste qui intègre notamment les écoles d’enseignements supérieurs. Que faire si l’on souhaite prospecter ce secteur ? Bien sûr on peut attendre Zorro. Mais si l’en croit les augures, il risque d’arriver sans trop se presser.

L’autre solution plus rapide est d’aller chercher du côté du digital. Les données en Open Data fournissent la liste publique référençant l’ensemble des organismes de formation en France, c’est-à-dire disposant d’un label reconnu. Seulement voilà il y en a près de 81 600. Nous voilà bien avancé !

À partir de cette liste, il est possible de siréniser ce panel, c’est-à-dire d’attribuer à chaque entreprise son n° Siren grâce à des algorithmes. Ce travail permet dans un second temps d’identifier chaque code NAF. Résultat : le fameux 8559A ne pèse que… 22% du total. Avouez qu’avec ce type de détail en main, la prospection prendrait une toute autre direction.

Mais en l’absence d’une liste officielle, me direz-vous, comment procéder ? Là encore le digital peut se révéler fort utile grâce à l’analyse des sites web des entreprises à partir de mots-clefs et en utilisant un moteur de recherche neutre (et non pas une régie publicitaire…). Le résultat final permet d’identifier des entreprises en fonction de leur activité réelle et à jour. La sirénisation mentionnée plus haut permet, ainsi, bien souvent de mettre en évidence de nombreux autres codes NAF qui auraient été a priori écartés. L’information devient fiable et pertinente et surtout utile pour toute entreprise souhaitant identifier autrement son environnement concurrentiel.
[/av_textblock]

[/av_three_fifth]